Confcap 2021

Argumentaire

Nous assistons depuis le début des années 2000 à une mutation des politiques sanitaires et sociales, au niveau international, national et local, qui promeuvent toujours plus l’autonomie de vie, la participation sociale et le respect des droits humains des personnes vulnérabilisées par la précarité, le handicap, la maladie… La crise sanitaire actuelle – qui invite à reconsidérer les frontières entre autonomies et vulnérabilités – souligne les difficultés rencontrées par les acteurs publics, les professionnels de l’accompagnement et les personnes vulnérabilisées dans la mise en œuvre de ce nouveau paradigme.

En lien avec la démarche Capdroits, et à la suite du manifeste « Toutes et tous vulnérables ! Toutes et tous capables ! », cet appel à communication invite à la poursuite d’un dialogue scientifique et citoyen pour penser et accompagner le changement de paradigme défendu par les promoteurs d’une société plus inclusive, visant à favoriser l’autonomie de vie des personnes vulnérabilisées.

L’autonomie de vie est un droit humain énoncé à l’article 19 de la convention Internationale des droits des  Personnes Handicapées, article dans lequel la question du lieu de vie est central. Le commentaire du comité des droits sur cet article insiste sur la place excessive prise par les institutions dans la vie des personnes vulnérabilisées et en appelle à la désinstitutionnalisation, thématisée depuis plusieurs décennies comme une exigence des politiques envers les personnes en situation de handicap.

On retrouve cette philosophie dans les innovations des politiques sanitaires et sociales,  notamment en psychiatrie ou dans la promotion du programme « Logement d’abord ». 

Nous proposons d’interroger la portée et les modalités de mise en œuvre de cet objectif général « d’autonomie de vie » autour de 4 axes :

  • Les représentations de ce droit ;
  • La mise en pratique de cette autonomie en terme d’accès ;
  • L’accompagnement ;
  • La gouvernance.

Comment penser ce droit pour qu’il ne devienne pas une nouvelle injonction contraignante dans la vie des personnes vulnérabilisées ? Comment faire pour que l’exercice de ce droit permette aux personnes de pouvoir choisir dans les meilleures conditions possibles ?

Que vous soyez personnes vulnérabilisées par la précarité, la maladie, un handicap ou la vieillesse, professionnels ou usagers de services sociaux, de santé ou médico-sociaux, chercheurs en sciences sociales ou juridiques, militants, proches aidants, travailleurs sociaux, médecins, mandataires, gestionnaires, élus, cadres administratifs, citoyens et citoyennes, nous vous invitons à participer à cette conférence en partageant vos expériences et vos expertises !

Une conférence souhaitée comme une mise en dialogue scientifique et citoyenne

Dans la continuité des éditions précédentes, la Confcap2021 souhaite poursuivre une double dimension scientifique et citoyenne, que nous souhaitons articuler tout en étant vigilant à ne pas les confondre. 

La méthodologie et la visée « scientifique »

L’ancrage scientifique de la démarche se caractérise par une participation aux débats scientifiques à partir de la production de connaissances menée à partir de méthodologies explicites, d’une inscription à l’intérieur de débats théoriques existant dans la communauté scientifique, et de procédures de discussions soumises à une critique raisonnée. La démarche est particulièrement attentive à rendre accessible la valorisation de connaissances issues d’expériences vécues et propose des formats raisonnés de mise en discussion de ces savoirs. Elle s’appuie sur une méthodologie commune proposée, visant à permettre à chacun des protagonistes de prendre la parole en son nom depuis sa position et de prendre en compte d’autres points de vue situés dans la réflexion. Elle repose sur l’appel à contribution commun, la constitution d’un corpus de situation et leur mise en dialogue au cours de la conférence. Elle repose aussi sur la mise à disposition des sources de connaissance pour leur reprise par des chercheur.e.s dans le domaine

La dimension « citoyenne »

Nous appelons dimension citoyenne la possibilité de contribuer aux débats publics concernant les enjeux de meilleure prise en compte des droits humains des personnes vulnérabilisées.

Le dispositif de mise en dialogue

Les différentes sessions de la conférence s’organisent autour de temps de présentation de constats et de positions dans le débat d’une mise en dialogue à partir des enjeux débattus par de nombreux acteurs. Pour faciliter cette mise en dialogue pendant les sessions plénières et les ateliers, des facilitateurs partageront leur expertise et leur expérience pour discuter et animer les échanges.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s