Capdroits aux rencontres soignantes en psychiatrie

Dans une centre de congrès comble, plus de 800 soignants ont assisté aux 3es Rencontres Soignantes en Psychiatrie organisées  à Lyon (Rhône) par la revue Santé mentale, en partenariat avec le collectif Contrast, sur le thème « Isolement et/ou contention : quelles perspectives cliniques ? »

Au cours de l’intervention inaugurale, les membres du groupe Capdroits « Feydel », Elisa Javazzo et Safir Mansouri, entourés de Nadji Roubi, Yannick Varcin, et du trinôme capdroits-feydeliens, ont présenté leurs expériences et leurs analyses de la mise en contention et de l’isolement en psychiatrie.

Ils ont souligné en quoi ces pratiques leur semblaient pouvoir être acceptables dans certaines situations d’urgence (crise, tentative de suicides, peut-être provocations…), et ont souligné combien la manière dont elles étaient mises en œuvre étaient le plus souvent inacceptables (manque d’écoute, de dignité…), et ont proposé des réflexions alternatives. La projection du volet « représentations civiles » et l’illustration des « clés de bras » par les feydeliens ont permis à Eric Péchillon, maître de conférences en droit public, de réagir sur le cadre juridique de ce geste contraint… pour indiquer qu’aucune jurisprudence n’existait sur ce geste qui préoccupe pourtant beaucoup les professionnels soignants. Si de nombreux retours informels ont souligné l’intérêt de leur présentation, aucune question ne leur a été posée par le public, un psychiatre ayant alors pris tout l’espace d’échange pour dénoncer, dans une intervention polémique, le positionnement très « culpabilisateur » de la HAS.

Dans une seconde session, des infirmiers du Centre Psychothérapique de l’Ain sont revenus sur les transformations apportées depuis le passage du Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté. S’ils ont reconnu les différents dysfonctionnements existants dans leurs pratiques, ils ont surtout souligné le « changement de paradigme » dont ils ont pris conscience en acceptant d’être moins dans le contrôle.

Dans l’après-midi, Delphine Moreau a présenté des analyses relatives aux difficultés pour définir « le bon usage de la contrainte ». Elle a notamment insisté sur la réflexivité permanente à l’œuvre dans les décisions de mise en contention. Elle a également évoqué l’importance des régulations internes, comme les formations.

L’ensemble des interventions de la journée sont disponibles sur la chaîne YouTube de la revue Santé mentale.

Regarder la vidéo de l’intervention du groupe Capdroits Feydel